Une phrase amicale,
un site

Deux avril deux mille onze, « une phrase amicale, un site », donc, une occasion de mettre en ligne, de diffuser des informations variées, jugées d'un bel intérêt, et des adresses visitées par des gens sérieux ou drôles, le premier n'empêchant pas le second, des personnes qui se relaient des infos et se renseignent les unes les autres sur l'état de la planète, de la ville où ils vivent, des découvertes récentes, des livres marquants, des citations qui rassurent, des lieux d'optimisme et de vaillance, ou peut-être en signalant des blogues intéressants — car il y en a, même si ceci n'en constitue pas un —, enfin vous voyez le genre, une sorte de long murmure ininterrompu, phrase à la Marie-Claire Blais ou Joyce, fil dans lequel je viendrai intervenir de temps en temps, pour tromper peut-être la fragmentation du monde et cette curieuse solitude éclairée la nuit par des milliards d'écrans d'ordinateurs, comme autant de points qui signalent nos existences minuscules, je commencerai par la lumière qui enrobe le travail du peintre et bédéiste Benjamin Bozonnet; le tour du monde à pied entrepris par l'écrivain Olivier Bleys; le travail du musée d'art de Joliette; la fraîcheur dans le ton et le propos de Marie (Karine) Doucet; l'implication profonde de Morgane et Pascal dans la tragédie de Tchernobyl; un site de citations et d'actualités littéraires et un autre d'expressions françaises, ou de proverbes, afin d'en retracer l'origine;